Professor Bernard's picture

La Chine est dépassée, vive les Philippines!

By Bernard

En décembre dernier, j’ai lu un article de M. Bernardo Villegas dans The Manila Bulletin portant intitulé : Learning from China's success Story.  Voici ma réponse, retraduite en français et adaptée à cette publication.  Pour l’original, qui n’a pas été publié, voyez: China is Out, The Philippines are In!

Ex-professeur d’économie dans un collège québécois, j'ai déménagé à Changchun, dans le nord de la Chine en 2003. J'ai habité Manille à partir de janvier 2011.  J'ai vu et vécu ce qui s'est passé en Chine. Changchun est une ville industrielle avec une certaine ouverture culturelle. Les gens sont très gentils là-bas, dans cette région du nord industriel. Ils ont beaucoup souffert de l'occupation japonaise. Ensuite, les communistes ont restauré sa base industrielle, mais le sud de la Chine a eu plus de succès après 1978.

Ce que vous avez dit est vrai. Les Chinois réussi quand ils ont regardé ce qu'ils sont et qu'ils n’ont plus essayé de suivre une certaine politique étrangère.

Je veux ajouter une autre dimension. La Chine est encore un état féodal. L'Empereur est le nouveau président et son conseil. Les mandarins sont les dirigeants du Parti communiste chinois. Dans les années 1960, ceux-ci sont devenus fous et la Révolution culturelle a été étendue à l'ensemble du pays et même à quelques pays voisins, comme au Cambodge avec Pol Pot.

Ces mandarins contrôlent tout: les gouvernements à tous les niveaux, les banques, les grandes industries, la vie culturelle, les communications...

Par exemple, il y a une bulle immobilière majeure en Chine, qui est au moins le double de la taille de la récente bulle étatsunienne, peut-être jusqu'à dix fois plus grande. Aux Philippines et au Canada, pour ce que j'en sais, le coût d'une petite copropriété est d'au plus 50 mois du salaire d’un jeune professeur. Aux ÉUA, le ratio a atteint 65 mois lors de la crise financière.  Dans une petite ville chinoise, il faudra au moins 200 mois et dans les plus grandes villes, jusqu'à 1000 mois pour que ce jeune professeur de collège paie sa maison.

Pourquoi? Parce que la Chine est contrôlée par ces mandarins. L'entreprise immobilière est toute entièrement contrôlée au niveau municipal.  Ces gens en tant que groupe, suivant l'enseignement de Confucius, et non pas de Marx, contrôlent le gouvernement local, les banques locales et les constructeurs locaux. Et il n'y a pas de concurrence des autres villes, chacune étant un marché séparé dans l'habitation: vous ne pouvez pas déplacer un bâtiment d'une ville à l'autre!

Je connais un peu le secteur de l'immobilier. J’ai pris mon expérience à Sherbrooke dans les années 1970.  Manille est un très bon marché. Il y aura beaucoup de nouveaux couples pour les trente prochaines années au moins à cause des nombreuses naissances dans ce pays trop catholique, sans divorce, ni avortement, ni même planification des naissances. Ils auront besoin de nouvelles maisons pour leur future grosse famille. Donc, l'avenir du marché immobilier est assuré.

En Chine, je vis actuellement à Wenzhou, province du Zhejiang, (la ville des Juifs de la Chine), le centre de ceux qui ont le plus bénéficié de l’ouverture chinoise au cours des trente dernières années. Le prix des condos est exorbitant, le plus haut en Chine, et la construction n'est pas au niveau de Manille en termes de qualité.  En plus de ça, comme il n'y a pas de taxe foncière, environ la moitié des condos nouvellement construits sont vides, inoccupés. Leurs propriétaires les ont tout simplement achetés pour la spéculation, une façon de placer leur argent quelque part!

J'ai décidé d'aller à Manille parce que je pense que l'économie de la Chine s'effondrera bientôt. Aux Philippines, c'est un nouveau départ. La Chine est sur le bord de la descente. Leur problème est qu'ils n'auront rien pour les retenir quand ils seront en baisse, comme pour la Révolution culturelle: pas de rapport de force.

En même temps qu’Obama a fait renouveler son mandat par son électorat, les dirigeants chinois se sont renouvelés lors de leur 18e Congrès du PCC.  Est-ce que le nouveau président, Xi Jinping, sera en mesure de garder le contrôle? Est-ce que les villes de l'Est sont prêtes à laisser le développement aller à l'Ouest? Et qu’est-ce qui arrivera à ces 200 millions de travailleurs migrants et à leur famille vivant dans ces villes de l'Est, sans un bon travail, ni services sociaux? Et qu’est-ce qui arrivera à ces 600,000,000 agriculteurs à la veille de leur retraite, sans leurs enfants qui refusent de la relance de leur ferme?

Je parierais ma vie sur Benigno Simeon "Ninoy" Aquino jr. plutôt que sur Xi Jinping pour les prochaines années. Pour sûr, j'ai quitté l'Amérique en 2003 à cause de George W. Bush (USA), Stephen Harper (Canada) et Jean Charest (Québec) et j'avais raison: Bush est parti, laissant les ÉUA dans la pire crise du siècle; Charest est revenu au droit, laissant la juge France Charbonneau nettoyer la soue québécoise;  quant à Harper, sa politique économique n’est pas son côté critique, surtout depuis sa conversion chinoise. Je reviens donc au Canada, mais c’est à la demande de mon épouse, sinon, je vivrais aux Philippines pour le reste de ma vie !

20150527